L’environnement dans lequel évoluent les entreprises Tunisiennes est très contraignant. Il connait de nombreuses difficultés opérationnelles et administratives, tant au niveau de l’investissement que de l’exploitation.

Les mesures à prendre à ce sujet sont en effet connues, l’important est le renforcement du suivi de leur mise en œuvre effective dans des délais courts.

Selon TSIndex, le Gouvernement tunisien est appelé à prendre des mesures urgentes pour améliorer le climat des affaires en Tunisie.

Mesures légales et réglementaires:

Le but est de contribuer à dégager la meilleure solution possible, et de permettre à l’entreprise de poursuivre ou de développer son activité dans le meilleur des conditions.

Selon TSIdex, les mesures légales et réglementaires les plus urgentes, réclamées par les statups tunisiennes sont les suivant :

La réglementation de change :

Le taux de change du dinar continue de subir une grande dégradation et un certain nombre de mesures s’imposent aujourd’hui pour améliorer le climat des affaires et booster les exportations, atténuant ainsi les pressions baissières sur le dinar.

La fluctuation du change avec la baisse de la valeur du dinar tunisien par rapport aux devises étrangères a lourdement impacté la rentabilité des entreprises tunisiennes.

L’incitation en matière d’investissement :

Il est important de relancer de nouveaux projets qui viendraient donner un souffle nouveau et créer une dynamique forte.

La réalité de l’entreprise est complexe et l’Etat a intérêt à encourager les entrepreneurs par des outils adaptés pour les capter et les garder.

Les lois de travail tunisiennes :

Les droits du travail en Tunisie s’articulent autour des règles qui déterminent les relations entre l’employeur et les salariés dans le secteur privé. Le Code du travail se concentre sur les législations liées à ce droit de travail.

La loi sur l’investissement comprend une dimension à caractère fiscal, qui présente un frein à l’investissement, par ailleurs, les entreprises tunisiennes réclament une révision des lois de travail tunisiennes.

Les taxes :

Une révision du système fiscal vise à établir un système unifié , simplifié et juste, apte à réduire la pression fiscale , à garantir un rendement élevé, et à permettre au contribuable de jouir de ses droits de défense devant une administration fiscale démocratique et une justice juste et indépendante. 

Mesures financières :

L’accès aux financements demeure pour les Petites et moyennes entreprises un problème majeur qui handicape leur développement et leur expansion.

Selon TSIndex, les mesures les plus urgentes pour diminuer les risques associés à ces entreprises sont les outils de financement, La confiance et la transparence entre l’Etat et les entreprises, et le respect des délais :

Les outils de financement :

En terme d’outils d’incitation et de financement de l’innovation, la Tunisie n’est pas très en retard. Mais malgré les efforts fournies par l’Etat, les petites et moyennes entreprises demandent des dispositifs de financement plus nombreux et plus diversifiés.

La confiance et la transparence entre l’Etat et les entreprises :

La confiance partagée entre l’Etat et les entrepreneurs , existent elle en Tunisie ?

D’après les réponses sur le site de TSIndex , la confiance est absente et il semble que la transparence fiscale est loin d’être suffisamment enracinée.

Le respect des délais :

Le constat unanime est que de très nombreux projets connaissent des retards parfois significatifs de réalisation.

La méthode de valorisation :

Elle vise à évaluer les actifs de l’entreprise et à en soustraire la valeur de ses dettes pour obtenir l’actif net, appelé encore situation nette.
Ces méthodes sont cependant utiles pour évaluer la valeur de remplacement ou de liquidation de l’entreprise.